Vous allez dire que ce n'est qu'un petit plongeon rafraîchissant dans la mer, mais en réalité, vous contribuez à l'un des plus grands défis environnementaux auquel les scientifiques sont confrontés aujourd'hui – la pollution chimique provoquée par les crèmes solaires qui tue les océans et les récifs coralliens.

Les voyages côtiers représentent 80% de toutes les activités touristiques dans le monde. Et ce n'est pas surprenant du tout, car qui n'aime pas les plages de sable blanc, l’air salé et l’eau claire turquoise ? Mais à la fin de la journée, lorsque les touristes partent, ils laissent une couche de graisse irisée flotter dans la mer.

Après avoir prélevé des échantillons et analysé leur toxicité, les scientifiques ont découvert que les produits chimiques contenus dans les écrans solaires, utilisées si généreusement par les personnes fréquentant les plages, sont rejetés dans l'eau et se détachent comme un drapeau rouge sur la surface de la mer.

Pensez-vous que c'est une coïncidence que la couleur de l'année 2019 de Pantone s'appelle "Living Coral" ? Eh bien, pas nous ! En tant qu’amoureux de la mer, nous prenons note du fait que les récifs coralliens sont très menacés et la plus grave menace provient de ceux qui apprécient la beauté de ces récifs : les beachgoers, les plongeurs et les touristes.

Le nombre de touristes qui passent leurs vacances au bord de l'océan augmente, ainsi que la quantité d’écran solaire qui finit dans l'océan. Environ 90% des récifs coralliens des Caraïbes ont disparu depuis 1980. La raison est non seulement les températures de plus en plus élevées des océans et la pollution, mais aussi les agents de protection solaire les plus courants, tels que l'oxybenzone (benzophénone-3) et l'octinoxate (éthylhexyl méthoxycinnamate).

DÉCLARÉS ILLÉGAUX

L’année dernière, Hawaii a pris des mesures à cet égard, en adoptant un projet de loi qui en fera le premier État américain à interdire les écrans solaires nuisibles aux récifs. Cette interdiction entrera en vigueur en janvier 2021.

Le projet de loi met l'accent sur deux produits chimiques, l'oxybenzone et l'octinoxate, présents dans de nombreux filtres solaires chimiques et ayant des effets néfastes sur l'environnement et les écosystèmes marins. Des concentrations élevées de ces produits chimiques ont été découvertes sur de nombreuses plages de renommée mondiale et très prisées des touristes. D'autres filtres solaires chimiques posent également des risques qui n'ont pas encore été correctement évalués.

!!! OXYBENZONE

C'est le filtre UV le plus largement étudié et le plus troublant – non seulement parce qu’il est hautement toxique pour la santé humaine et qu’il a été trouvé dans le lait maternel, mais il abîme aussi la vie marine. On sait qu'il cause le phénomène de blanchiment des coraux, ce qui peut inhiber leur croissance et éventuellement tuer leur organisme. L'écran solaire à base d'oxybenzone peut favoriser des infections virales chez le corail et entraîner du blanchiment supplémentaire. En plus d'agir comme un perturbateur endocrinien, l'oxybenzone peut endommager l'ADN du corail et encourager la prolifération des "zombies de récif" – des coraux qui ont l'air en bonne santé, mais qui sont en réalité stériles et morts, qui ne peuvent donc pas se reproduire.

Une étude menée en 2015 a montré que l'oxybenzone pourrait causer des dommages graves aux coraux même à des concentrations aussi basses que l’équivalent d’une goutte dans six-et-demi piscines de taille Olympique. À Hawaï, plus de 10 fois cette quantité d’oxybenzone a été mesurée sur des plages prisées.

!!! OCTINOXATE

C’est l’agent absorbant les UV-B le plus largement utilisé dans les écrans solaires – parce qu’il est peu coûteux et permet de réduire le prix du produit. C'est l'autre filtre UV chimique qui endommage l'écosystème marin. L'octinoxate possède une activité de type hormonale et présente des problèmes thyroïdiens et des changements comportementaux, selon les études menées sur les animaux. Selon une étude menée par des scientifiques de Environmental Health Perspectives, après avoir été lavé, l'octinoxate a entraîné le blanchissement des coraux, même à de très faibles concentrations.

RESTEZ EN SÉCURITÉ ET FAITES DU BIEN

Le réchauffement climatique, la pollution et d'autres activités humaines constituent une menace importante pour l'écosystème marin. En menant des actions de sensibilisation, il est possible de réduire notre impact sur les océans.

La protection solaire est une nécessité absolue – il n'est pas question, mais vous pouvez et devez choisir un produit qui ne fera pas de mal à votre santé et à celle de l’océan. Tout d’abord, dites OUI à un écran solaire minéral au lieu d’un filtre UV chimique. Recherchez un écran solaire contenant du zinc ou du dioxyde de titane – ces minéraux naturels restent à la surface de la peau et n'entrent pas dans votre circulation sanguine. Et lorsque vous vous baignez dans l'océan, ces minéraux tombent tout simplement sur la terre d'où ils sont venus.