Qu'est-ce qui vient après les soins bio ?
Plus loin que les soins bio

Un pull de seconde main pour quelques euros en combinaison avec une attitude inestimable.
Photo: Vika Anisko

Nous vivons à une époque intéressante où la surproduction nous confronte à des choix difficiles. Il y a tant de choses dans le monde d'aujourd'hui, qu'on peut avoir la tête qui tourne en essayant de prendre une décision. Et c'est en ce moment-là où notre argent devient notre voix, car nous soutenons ce que nous achetons. Heureusement nous avons le choix. Un choix qui va bien plus loin que les soins de la peau. Aujourd'hui, presque tout ce que nous achetons peut être durable, éthique ou avoir une valeur ajoutée. Je vois cela comme un jeu dans lequel nous devons être malins et prendre des bonnes décisions pour passer au niveau suivant. Parce que les pièges nous attendent à chaque pas. Ah oui...

Il y a plus d'un an, j'ai écouté mon coeur et j'ai déménagé à Paris. Ce n'est pas comme si je n'étais jamais allée à l’étranger, mais je n'ai jamais vécu entourée de tant de belles choses. Le lèche-vitrine est rapidement devenu l'un des plus grands divertissements de ma vie urbaine, parce que je voulais littéralement tout acheter. Je me sentais comme si la grande ville m'avalait et je me sentais perdue émotionnellement. Jusqu'au jour où quelque chose s'est brisé à l'intérieur de moi et j'ai trouvé une carte, une boussole pour me guider à travers ces temps de consommation.

J'ai toujours été une fan de vintage et de seconde main. J'aime les choses qui ont une âme et une histoire. Et j’adore porter les vieux vêtements de mes amis qui me font sentir proche d’eux même si je suis loin. Cela me fait penser à eux encore plus que d'habitude et j'aime penser à mes amis. Ayant grandi à la campagne de l'Union soviétique, je mangeais ce qui poussait dans notre potager. Je suis passée de fille à femme au seins de l'équipe de Madara Cosmetics où j’ai appris encore plus sur le mode de vie écologique et sur des choix intelligents. J'ai même vécu dans la jungle avec des panneaux solaires et de l'eau pompée dans le sous-sol, en utilisant l'énergie du soleil... Voilà! Ma carte a toujours été dans ma poche, alors pourquoi ai-je couru comme si je m'étais perdue ? J'ai pris une décision stricte de ne plus acheter que des vêtements durables, éthiques ou de seconde main et vintage, mais cette décision s’est étendue à tous les domaines de ma vie. Ce qui avait commencé avec les soins de la peau bio et une mode plus intelligente, affecte désormais toute ma vie. Il s'avère qu'il existe de nombreux postes dans les villes où l'on peut remplir des bouteilles d'eau réutilisables pour éviter le plastique à usage unique. Il existe des bijoux en or recyclé, fabriqués à partir de déchets électroniques. Il est possible d'acheter les produits directement aux agriculteurs, il y a des points d'échange de livres et même un point de compost au centre de Paris !

Cardigan en tricot de seconde main à 4 euros et pantalon de pyjama emprunté, car c'était le dimanche et les dimanches sont destinés à être passés en pyjama.
Photo: Vika Anisko

J'ai aussi décidé dans mon travail professionnel, qu'il s'agisse d'écriture ou de travail de mannequin, à ne soutenir que des marques et des causes qui sont bonnes pour notre avenir. Curieusement, des personnes aux idées similaires ont commencé à apparaître dans ma vie et des projets ont surgi. Mes photos ont paru dans le Vogue France en soutenant la marque de vêtements durables de mon ami et, croyez-moi, je n'y serais jamais arrivée autrement, peu importe à quel point je me consacrais au travail du mannequin. Cette situation sert comme preuve pour moi qu'on peut faire de belles choses, si l'on suit son cœur.

J'ai toujours pensé que je devais me rapprocher de la nature pour vivre de manière plus durable. Mais il s'avère que la vie contrastée de la grande ville a fait devenir ma voix verte plus forte que jamais. C'est peut-être parce que je n’ai pas de belles forêts à proximité où je pourrais me cacher de la dure réalité. Tout est là devant moi : le chaos, l’enfer et l’ignorance… Mais nous ne pouvons pas ignorer ça. Nous devons sortir chaque jour et faire notre meilleur possible. Je le dis et je le répète qu'il existe dans n'importe quel domaine des marques et des possibilités pour soutenir un meilleur avenir et réduire notre empreinte sur la planète. Ça ne s’arrête vraiment pas aux soins bio. Quelles seraient vos prochaines étapes ?